Argent noir: le secret bancaire en Suisse tonique

Secrétaire d'État Jan Kees De Jager par la Suisse a conclu un accord pour échanger des informations. Aussi avec la Belgique a récemment conclu un accord, mais il n'y est pas question de l'abolition du secret bancaire. Autrement dit, cependant, l'interprétation de nombreux médias.

Le secret bancaire suisse comme il était

Les banquiers suisses sont tenus de conserver toutes les informations confidentielles de leurs comptes détenus. Ce secret bancaire est parmi les plus strictes au monde et est fondée sur une tradition ancienne. Le plus ancien texte connu sur le secret bancaire remonte à 1713 banquiers genevois a ensuite agi comme banquiers pour la famille royale française. Louis XVI avait même un banquier suisse, Jacques Necker, a été nommé directeur général des finances français.
Le secret bancaire suisse a été défini juridiquement en 1934 par le gouvernement fédéral. Un banquier qui viole le secret bancaire risquer une peine de prison de plusieurs mois, de sorte que la protection de la sphère privée d'un économiseur est garantie. En outre, il y avait deux raisons pour capturer loi sur le secret bancaire:
  • Espionnage des nazis: En 1931, la crise a conduit à un contrôle plus strict de l'argent étranger en Allemagne. Hitler a adopté la loi suivante: tous les Allemands avec un compte bancaire étranger recevrait la peine de mort. Simultanément, la Gestapo a été utilisé pour espionner les banques suisses. Lorsque trois Allemands ont finalement été donnés la peine de mort, le gouvernement suisse a été convaincu de la nécessité d'ancrer la loi sur le secret bancaire.
  • Pression de la France en raison de la liaison avec la Banque commerciale de Bâle: En 1932, a annoncé que plus de 2.000 membres de l'élite française avait un compte auprès de cette banque. Les socialistes français ont profité de cette affaire pour attaquer le gouvernement de droite pour le fait qu'ils ne faisaient rien contre cette taxe. Les socialistes voulaient avoir le contrôle légal de ces comptes français en Suisse. Cela empêcherait le gouvernement suisse.

Contenu et exceptions

La seule exception à secret bancaire est prise quand il ya des crimes graves, tels que les armes et le trafic de drogue. Le secret bancaire ne sera pas levé si il ya l'évasion fiscale et l'évitement. La raison réside dans le fait qu'il ne renonce pas revenu ou la richesse est pas un crime en Suisse. Par conséquent, il peut obtenir ni le gouvernement suisse, ni aucun autre gouvernement vient informations sur le compte bancaire d'un sujet. Pour cela, ils doivent d'abord convaincre un juge suisse que la personne a commis un crime grave au regard du Code pénal suisse.
Le secret bancaire est pas levé pour les questions privées telles que l'héritage ou de divorce si le compte n'a pas le mandat de le faire. Le fardeau de la preuve incombe au demandeur. Ils doivent démontrer que ce compte existe ils veulent convaincre le juge de poursuivre l'affaire. Dans le cas d'un compte numéroté, il est le plus haut niveau de confidentialité.

La crise du crédit et son impact sur le secret bancaire

La crise du crédit et de la pression du G20 et de l'OCDE ne sont intronisé que la Suisse a entamé des négociations avec plusieurs pays, dont les Pays-Bas. Selon les témoignages, il ya au moins 7 milliards d'euros d'économies néerlandais en Suisse. Depuis les autorités fiscales néerlandaises désireux de regarder. Sans tabou là pour obtenir l'économiseur d'argent noir en mouvement. Les amendes sont augmentées, le régime de divulgation volontaire est changé et les médias est joué.
L'accord du 24 Juin 2009, avec les Pays-Bas permettra aux autorités fiscales pour obtenir des informations sur les titulaires de comptes néerlandais. Jusqu'à présent, une telle demande d'information a été catégoriquement rejeté pour des raisons fiscales. L'impôt et doivent donc avoir un soupçon raisonnable d'évasion fiscale, ils vont obtenir l'information. Ceci est également confirmé par des experts fiscaux à De Telegraaf Financiële. "Pour autant que je le comprends, l'échange de données avec les Suisses est toujours faite sur la base d'une demande", a déclaré Ruben Freudenthal, un professeur de droit fiscal à l'Université de Groningen. "Cela signifie que de Jager personnes par leur nom doivent être appelés devant les autorités fiscales en Suisse fournira les informations demandées. De échange automatique ne se produit pas. ?? L'accord est susceptible d'être formellement signé à l'automne 2009, les rapports Secrétaire d'Etat dans un communiqué de presse euphorique.

Est le secret bancaire suisse a levé maintenant?

La réponse est non. En effet, il n'y a toujours pas d'accord sur l'échange automatique d'informations concernant les informations des comptes tel qu'il existe pour les comptes nationaux. Mais tel est le but du ministre Jan Kees De Jager des Finances, qui est responsable aux Pays-Bas pour les conventions fiscales et fiscales. Ainsi, même si le Secrétaire chante victoire trop tôt et il est l'intimidation, l'économiseur d'argent noir avait une meilleure action de prise. Ainsi, le navire laisse échapper, mais pas encore en perdition. Cela pourrait inclure le régime de divulgation volontaire, l'argent redresser progressivement ou détournement vers d'autres paradis fiscaux. Sur ce dernier point, les possibilités sont progressivement réduites.

Sauvegarde sécurisée contre les taux d'épargne les plus élevés aux Pays-Bas

Dans un autre dossier, vous pouvez trouver plus de "sauvegarde sécurisée contre le taux d'intérêt le plus élevé aux Pays-Bas." Le régime de garantie des dépôts et de la supervision financière est discutée.
0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha

Ajouter L'article

title
text
Caractères restants: 5000